NMIT Working Papers

Working Papers on New Media & Information Technology in the Middle East

L’internet en Syrie

Posted by meaningfulconnections on September 6, 2008

Dr. Hasna Askhita, Assad National Library, Damascus
Paper delivered at the International Federation of Library Associations & Institutions meeting on “Réseaux pour le développement des Bibliothèques dans les Etats Arabes.” Beirut, 2-4 March 2000. [English Translation Available]

SOMMAIRE: Pour le Dr. Hasna Askhita, l’internet, cette nouvelle technologie qui devient le moyen d’échange d’information le plus en croissance, constitue aujourd’hui la pierre angulaire des bibliothèques modernes. La Syrie a récemment rejoin la communauté internationale dans ce forum global pour fournir à son peuple la richesse d’information qui est contenu sur le Web. Cette présentation met rapidement en évidence l’importance de l’internet sur tous les aspects de la vie, particulièrement les bibliothèques modernes et l’économie. Elle présente également un aperçu de l’Internet en Syrie depuis les efforts de conscientisation qui ont été fourni avant l’entrée dans les phases de réalisation et les soubressauts à travers lesquels il est passé. Nous mentionnons aussi la liste et nous décrirons les principaux projets liés à l’Internet. Nous nous étendrons aussi sur le future du projet Internet et également sur les projets de certains établissements publics basés sur l’Internet.

Introduction

Au cours de la dernière décénie, la technologie d’information en général et l’Internet en particulier, a révolutionné tous les aspects de la vie et introduit des changements radicaux dans l’économie, les sciences et la vitesse du développement technologique. Dans les premiers temps de l’Internet, les ordinateurs étaient les seuls équipements que l’on pouvait connecter à ce nouveau médium. Aujourd’hui cependant, beaucoup d’équipements comme les télévisions, téléphone mobiles ainsi de suite, peuvent être connectés à l’Internet pour profiter de l’avantage de ses services. A la lumière, des développement rapides dans les communications, il est difficile de prédire ce que sera l’ère Internet qui est devant nous. La technologie d’information a introduit de grand changements dans les domaines des bibliothèques également. Une copie du Coran, qui a requis huit chameaux pour la porter et la transférer d’une bibliothèque à l’autre au temps de l’ancienne civilisation islamique, peut à présent être stockée avec toutes les interprétations notoires sur un simple CD. Elle peut aussi être visionnée à travers l’Internet.

Les bibliothèques à travers le monde sont bâties d’une-part pour maintenir le savoir humain et le patrimmoine et d’autre part, pour présenter ce savoir au public afin qu’il en fasse usage. Pour être en conformité avec ces principes; les bibliothèques modernes à travers le monde, ont trouvé qu’il était impératif, aujourd’hui de rendre disponibles sur l’Internet, gratuitement ou à très bas prix et aux lecteurs intéressés, leur collections de livres, d’encyclopédies, et même de parchemins. Ainsi, les bibliothèques deviennent des stations qui éditent, sur l’Internet, les collections qu’elles détiennent sur des CD et autres media électroniques, à l’intention de leurs visiteurs virtuels à travers le globe et ce en plus de leur services usuels. De plus, le bibliothèques, ces temps-ci peuvent fournir à leur visiteurs actuels la possibilité de visualiser à travers l’Internet également les catalogues et collections d’autres bibliothèques. Les bibliothèques publiques peuvent aussi à présent acquérir des copies d’ouvrages, d’encyclopédies, d’enregistrements musicaux et de photos via l’Internet de façon à accroître leur richesse culturelle. Le Président Clinton a récemment demandé à la Bibliothèque du Congrès, aussi bien aux bibliothèques publiques des Etats-Unies, de publier leur trésors en ligne et de d’étendre les sites Internet pour cela.

En ligne avec ces développements importants à l’échelle mondiale, les bibliothèques en Syrie ont à suivre le mouvement et à embrasser  l’Internet pour fournir à ses lecteurs, étudiants, chercheurs et au grand public, ses services et avantages nombreux.

En tant que bibliothécaire au sein du département des Services de l’Information, qui fournit des services Internet au public, au sein de la Bibliothèques nationale, j’ai ne n’ai trouvé sur l’Internet que très peu d’informations au sujet de l’Internet en Syrie. Dans de nombreux cas, malheureusement, l’information était incomplète ou déformée. Ce qui m’a incité à rédiger ce document dans lequel nous nous efforcerons à retracer l’introduction de l’Internet en Syrie. Dans la troisième partie, nous attirerons l’attention sur le rôle que la Société Syrienne d’Informatique a joué dans l’adoption et le soutien à l’Internet en Syrie, en même temps que les rôles importants qu’il joue dans la diffusion de la culture de la technologie de l’Information en Syrie. La quatrième partie, énumère et décrit brièvement quelques uns des projets présents et futurs  qui reposent sur l’Internet. Des conclusions sont tirées dans la  cinquième partie.

L’Historique de l’Internet en Syrie

Le 24 février 1996, le Premier Ministre a approuvé la demande de l’Etablissement syrien des télécommunications (EST) de souscrire à l’Internet et de réserver le domaine SY.

Le 11 mars, EST signe un accord de collaboration avec la société syrienne d’informatique, dont le chairman est le Dr. Bashar Al-Assad, le premier avocat d’Internet en Syrie, qui a déployé d’immenses efforts pour conduire la Syrie sur la voie de l’Internet et pour diffuser sa culture à toute la société syrienne.

Les deux parties, selon leur accord, coopéreront afin de mettre en place un projet pilote en vue mettre à disposition des établissements et institutions syriennes,  les services internet, projet qui permettra dévaluer tous les aspects notamment l’utilité, l’adaptation à la culture et les problèmes liés à la sécurité.

Le 13 mars, une équipe de chercheurs et d’experts de l’Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie, ensemble avec les ingénieurs et représentants de l’EST ont présenté leur rapport sur une étude portant sur les aspects techniques et administratif liés à la connectvité de la Syrie à l’Internet. Dans le rapport, les experts ont conclu que la Syrie devrait établir cette connection le plus tôt possible.

Parmi les justifications qui soutiennent cette conclusion et qui sont reprises par le rapport citon :
1 – La richesse inestimable d’information et de services présentés aux étudiants et aux chercheurys, vue le fait que l’Internet est devenu un pillier de la recherche à travers le monde compte-tenu de la somme d’information accessible en-ligne au travers des bases de données.
2 – L’importance de l’Internet comme un moyen de promotion commercial et de commerce électronique.
3 – La possibilité d’utiliser l’Internet par les sociétés syriennes pour promouvoir leur produits et faire connaître leur histoire culturelle, le patrimoine archéologique et tousistique de la Syrie.
4 – Faire connaître le point de vue syrien, en soutien de nos positions et pour la défense de nos droits, pour combler le fossée et le rédresser les fausses conceptions, les mensonges et les déformations de l’image de la Syrie présentées par les sites que soutiennent le Sionisme international.

Le dernier point est clairement démontré par le support que le monde a apporté au peuple libanais après que les photos relatives au brutal bombardement par l’aviation isaraélienne de Qana, au Sud Liban, aient été publié. En revanche, la publication d’une interview sur CNN, avec le Président Hafez El-Assad, le 28 septembre sur le site ArabNet, durant quelques jours, a permet de porter sa voie et ses vues, à 50 millions de personnes à travers le globe, notamment les agences de presse. C’était la première fois qu’une interview d’un leader Arabe était diffusée sur le net.

En réponse au rapport, des plans pour un projet pilote Internet, ont été préparés.

Le projet pilote

Avant le projet pilote, quelques 65000 syriens avaient accès à l’Internet à travers les fournisseurs de services des pays voisins, tels que le Liban, la Jordanie ou la Turquie. Mais c’était très coûteux, principalement en raison des coûts des communications internationales.

Quelques Institutions gouvernementales, tels que l’Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie, étaient également connectées à l’Internet via le réseau de communication des données nationales, SYRIAPAC qui passe par l’Egypte.

Cette connection était trop coûteuse et limitée, en raison d’un réseau lent et faible. Il était ainsi nécessaire pour le projet pilote de surmonter ces inconvénients.

La conception du projet pilote

Le 29 décember, le Premier Ministre approuvait la définition du projet pilote établi par les experts de la Société d’Informatique Syrienne (SIS/SCS en anglais) et du l’Etablissement Syrien des Télécommunications (EST/STE en  anglais).
La définition suppose :
– Une station Sun Sparc 20 qui fonctionnerait comme un serveur Internet contenant les comptes des abonnés, des informations et les adresses E-mail.
– Un router Cisco 4500 connecté à un “router” Internet auprès d’un fournisseur de services hollandais, Eunet, à travers un circuit téléphonique international, via satellites ou cables de fibres optiques, opérant à 64Kbits/sec.
– 20 modems connectés à une extrémité au “router”, à l’autre extrémité à 20 lignes téléphoniques. L’abonné peut se connecter à son compte et à l’Internet, à partir de son PC, à partir d’un modem et d’une ligne téléphonique ordinaire.
– Un serveur pour suivre, faire écran à des sites indésirables et controller le réseau.

Les objectifs du projet pilote

– Connecter la Syrie à l’Internet.
– Former le personnel local au réseau et aux communications.
– Former le personnel technique local au suivi, à la découverte et à la neutralisation des sites indésirables.
– Explorer les services disponibles sur l’internet et découvrir les sites importants et utiles.
– Mettre en place la règlementation et les termes d’un service pour un projet futur à grande échelle.
– Enregistrer, avec IANA, le domaine national défini pour la Syrie, SY.
Le project pilote a commencé à fournir des services au abonnés dès le 17 novembre 1997, après l’organisation de cours de formation sur Internet son accès et son utilisation.

Les abonnés

Les abonnés, inclus les départements présidentiels, le Premier Ministre, les Leaders locaux et nationaux du partie Baath, les Ministères, l’SCS et les “filiales” en province, les départements militaires, les sociétés et établissements publics, les universités, les organisations arabes et internationales. les agences de presse, les hopitaux et chambres de commerce étaient également connectés. La capacité maximum du projet était de 150 abonnés.

Les aspects pratiques du projet

Le coût de l’abonnement au début du projet était très élevé, ce qui est le cas dans chaque pays qui adhère nouvellement à l’Internet, en raison du nombre limité d’abonnés, du coût de l’équipement et des connections internationales. Le nombre total de “port” était de 16, desquels un nombre très limité était utilisé pour la transmission ISDN et Zacknet.

Sept mois après le début des opérations du projet pilote, un autre router, connecté via fibre-optique de 64Kbits/seconde, était utilisé pour l’extension du projet vers la gestion du traffic.

Le projet d’accès public

Après la période d’essai de la phase d’opération du projet pilote et à la suite des recommendations du SCS, l’EST a eu à étendre le projet et fournir des service internet au public aussitôt qu’il reçut l’approbation des autorités .

L’ETS, en coopération et en coordination avec le SCS et le Centre des Etudes Scientifiques et de Recherche, a dressé la schéma d’un projet d’accès de l’Internet en Syrie.

Le schéma du projet d’accès public

– Un “router” pour le circuit téléphonique international, mettant en connection Alep, Homs, Lattaquié, Deir Ezzor et Daraa  avec le reste du monde, via Damas.
– Les première parades “Firewalls” sur le traffic entrant et sortant pour fournir la sécurité nécessaire aux données.
– Une deuxième parade pour protéger le logiciel du “noeud” d’accès non-autorisés.
– Un nom de domaine principal (DNS) de serveur pour le réseau.
– Un serveur de gestion du réseau.
– un serveur de suivi du réseau.
Le but est de fournir un moyen adéquat pour le l’Internet, l’EST a fourni deux réseaux:
a) A réseau de données digitales (DDN): fournissant des services de lignes louées sur des lines ordinaires d’abonnés.  Ce réseau est composé de trois noeuds à Damas qui peuvent satisfaire des besoins en hautes vitesses des fournisseurs de services et des utilisateurs qui ont besoin de hautes vitesses.
b) Un réseau Intégré de services numériques (RNIS/ISDN) : Les services de ce réseau sont disponibles sur certains secteurs d’échanges du réseau à Damas, Homs, Alep et Lattaquié. Cependant, ces services seront fournis, dans un avenir proche, par secteur d’échanges relatifs à toutes les villes principales. L’avantage d’une ligne (RNIS/ISDN) est la possibilité d’offrir plus d’un service sur la ligne simultanément, tel que l’accès à l’Internet, qui pourrait prendre un temps relativement important, tout en effectuant des communications téléphoniques ou envoyant/recevant des télécopies.

Les données pratiques du projet d’accès public

A l’origine, le projet a commencé par la fourniture de services de courrier électronique local (à l’intérieur de la Syrie uniquement). Cependant, au début de 1999, le projet a commencé à permettre le courrier intérnational et d’autres services Internet, tels que le parcours (browsing) sur le Web  et l’échange de fichiers via le protocol de transfer de fichiers (FTP).
– EST a offert deux types d’abonnement, le premier pour l’e-mail seulement, alors que le second inclue le parcours sur le WWWeb en plus du courrier électronique.
– L’abonnement était étendu aux catégories mentionnées précédemment aussi bien qu’aux établissements publics et privés à caractère industriel et commercial, aux agences de tourisme, aux professionnels, tels que les médecins, les ingénieurs et les avocats. Une centaine de lignes Internet étaient connectées à une centaine d’écoles au sein desquelles le Programme National de Diffusion de  la Technologie d’Information est appliqué. Le contenu de ce programme, qui est offert gratuitement, couvre les éléments de base du réseau informatique, l’utilisation du courrier électronique et du browser Internet.
– Le coût du service Internet a été réduit pour être compétitif avec les taux des pays voisins. Le coût du service e-mail uniquement est de US $100 pour des abonnements initiaux,  US$ 24 de frais d’abonnement par an, et un taux de connection de US$ 2 par heure de connection en-ligne.  Le coût de la connection en-ligne est iuniforme à travers les cinq prfutrovinces reliées, ce qui économise le suppléments natioanux en frais d’appels.
– Au commencement de cette phase des opérations, le nombre de “ports” était de 120 à Damas avec le noeud principal, de 60 ports à Alep, de 16 à Homs, de 16 à Lattaquieh et de 16 à Deir Ezzor.
– Le nombre d’abonnés était de 5000 desquels 3000 avec une facilité de parcours Internet. En février 2000, le nombre de ports d’accès était accru de 400 au total et le nombre de comptes était augmenté à 6000. L’EST a aussi ouvert des centres pour fournir au public l’accès de l’internet à toutes les provinces.
– En ce qui concerne la vitesse de communication, elle fut étendue de 64Kbits/sec à 128 Kbits/sec et ainsi à 512Kbits/sec via une connection par satellite à travers le Canada. Recently the link was enhanced by a optic fiber link providing 2Mbits/sec via Italy.

Le problème de la vitesse

En raison de l’utilisation des échanges téléphoniques pour l’accès à l’Internet, le traffic sur ces échanges est devenu trop élevé, alors qu’au moment de l’installation the couverture financière de tels services n’était ni perçu nous prise en considération. En conséquence, des abonnés ont du faire face à des difficultés d’accès aux serveurs et furent mis en concurrence pour des ressources qui étaient limitées, ce qui fit que les connections furent ralenties et quelque peu coûteuse, puisque un accès lent entraîne qu’il faille rester plus longtemps en ligne.

Cependant, les nouveaux échangeurs téléphoniques qui seront installés en mars 2000 alimenteront un accès plus élevé et un traffic croissant. En plus des autres services modernes, il y aura aussi 85000 lignes ISDN/RNIS supplémentaires.

L’établissement Syrien des Télécommunications (EST) travaille actuellement à trouver et mettre en place des solutions pour le traffic internet, basées sur les connections à fibres optiques, l’RNIS/ISDN et d’autres technologies à haute vitesse.

Une infrastructure nouvelle qui formera l’ossature du traffic Internet est actuellement à l’étude. Un mode de transmission assynchronique (ATM), composé de noeuds annexés aux “échangeurs” actuels, prendra la charge du traffic internet sur les échangeurs eux-mêmes. L’abonné peut utiliser la ligne téléphonique pour se connecter à l’Internet à travers “l’échangeur”, ce qui redirigera le traffic vers le noeud Internet et à l’intérieur du réseau ATM.

Les Faits

Bien que le nombre officiel d’abonnés s’élève à 6000, il ne reflète guère le nombre réel de personnes qui accèdent à l’Internet en Syrie. Beaucoup d’établissements, tels que l’Etablissement Syrien des Télécommunications, l’Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de la Technologie, les Centres privés de formation informatique, les centres culturels mettent en place un serveur proxy et d’autres techniques pour connecter plusieurs ordinateurs à une seule ligne téléphonique et un seul compte avec l’EST. De plus l’Etablissement Syrien des Télécommunications ne peut actuellement accepter de demande d’abonnement supplémentaires en raison de la saturation de la capacité.

Tant de sociétés et d’entreprises privées partagent un seul compte, particulièrement parmi les amis et membres d’une même famille.

En conséquence, le nombre de personnes qui a un accès régulier est bien plus que 6000. Mais c’est difficile d’évaluer le nombre exact, étant donné qu’il n’y a pas encore de statistiques. Quelques “proxies” fournissent des services Internet à plus de 50 ordinateurs personels, i.e. l’HIAST, alors que des comptes privées sont partagés entre 2 et 3 personnes. Nous pensons que le nombre d’utilisateurs atteint 60000.

Finalement, la plupart des syriens qui ont souscrit à l’Internet via des fournisseurs de services dans les pays voisins abandonnent actuellement ces abonnements et connections coûteuses et ont recours à des comptes locaux pour l’accès.

Le futur du projet Internet

l’EST entend fournir, à toute personne qui le dé un service internet avec l’intégralité des sous-services et capacités. L’Etablissement Syrien des Télécommunications travaille actuellement à la construction d’une infrastructure adaptée à l’Internet. Une fois, l’infrastructure en place, l’EST en collaboration avec le SCS, doit dans le futur remplir les missions suivantes :
– Aggrandir le système pour étendre les  capacités des serveurs et ajouter de nouveaux ports d’accès pour servir 50000 lignes mais qu’on peut étendre à 200000 via un noeud Internet local au lieu du circuit téléphonique. Ce système peut aussi servir des fournisseurs de services locaux.
– Entrer dans une ère de fonctionnement privée et de coopération privé-public.
a) l’ETS et le SCS entendent établir une société commune pour fournir des services Internet en Syrie.  L’Etablissement Syrien des Télécommunications sera responsable de mener et maintenir le réseau et l’infrastructure Internet et procèdera à l’acquisition et l’installation des équipements et cables nécessaires, etc…étant donné que la loi n’autorise que l’EST  à posséder de telles infrastructures.
b) Dans la seconde phase, les sociétés privées peuvent fonctionner comme fournisseurs de services locaux. Ces sociétés peuvent fournir des services Internet à des particuliers, des bureaux et des companies, via des lignes de fibres optiques louées ou des lignes téléphoniques à la communication dont les prix sont concurrentiels.
– Travailler sur des lois réglant la sécurité des données et du réseau, l’échange des informations, le commerce électronique, et appliquant les droits de la propriété intellectuelle.
– Fournir des publications et un échange de données électroniques sécurisées.
– Appuyer la langue Arabe sur l’Internet.
– Eduquer et former à tous les niveaux.
– Entrer le monde du commerce électronique suffisamment tôt après la prévision, l’éducation et la formation sur les technologies qui lui sont propres.

Le rôle du SCS dans l’appui et le développement de l’Internet en Syrie

Depuis son établissement, l’SCS a augmenté la prise de conscience du public et des autorités sur l’importance de la technologie d’information avec les efforts sincères de ses membres et le plein encouragement et le support de son Président le Dr. Bashar Al-Assad.
Les efforts du SCS et ses diverses activités, notamment les conférences, séminaires, cours, session de travail ont porté leur attention sur le temps et l’effort que la technologie d’information peut épargner. Parmi ses technologies, il y avait l’Internet.

Les efforts de l’SCS ont finalement abouti à mener la Syrie à la connection Internet et ont permis à ses membres au siège à Damas et dans les filiales des provinces syriennes à obtenir l’accès Internet.

Les chercheurs et experts de l’SCS collaborent avec le personnel de l’Etablissement Syrien des Télécommunications pour améliorer les services pour adopter les capacités qui seront nécessaires dans le futur et pour satisfaire la demande croissante. De plus l’SCS deviendra un fournisseur de service pour plus de 1500 membres à Damas, et plus tard ce service sera étendu à tous les membres à travers la Syrie. Pour ce projet, le SCS était connecté à l’Etablissement Syrien des Télécommunications via une infrastructure de fibres optiques qui transmettra des données à un taux de 2Mbits/sec. De plus, le projet fournira des nouvelles à groupes (newsgroups) et un service d’hébergement de pages Web.

Quelques projets Internet

– La Bibliothèque nationale Al-Assad: Depuis 1995, La Bibliothèque nationale Al-Assad a mis ses bases de données sur le réseau national de communications de données SYRIAPAC et a permis l’accès à travers le réseau à des abonnés répartis sur tout le pays.
Depuis, la Bibliothèque s’est doté à l’accès à l’Internet en 1998 et a offert à ses visiteurs, incluant les chercheurs et étudiants, à accéder à l’Internet pour chercher dans les domaines qui les intéressent. Ce service est accessible dans une salle spéciale destinée aux services des bases de données de la bibliothèques et autres bases de données internationales qui étaient sauvegardées sur CD.

La Bibliothèque a souscrit à de multiples bases de données en-ligne et à des magasines tels que Eric, Medline avec plein-texte, etc…Le personnel du département des Services d’information fournit également une assistance technique et du support à l’utilisation de l’Internet. Ce service a été très bénéfique particulièrement  aux étudiants de niveau doctoral.

En outre, la Bibliothèque a enrichi sa base de données de ses collections sur un serveur qui peut-être relié à l’Internet. La base de données pourra être parcourue à partir d’un ordinateur situé à l’intérieur ou à l’extérieur de la Bibliothèque via l’Internet, à partir du moment que la Bibliothèque a un serveur pour son propre domaine  et une ligne louée connectée 24h sur 24h à l’EST, en attendant la mise à niveau de l’infrastructure de l’Etablissement Syrien des Télécommunications.

– Le réseau académique : Depuis 1998, le Senat de l’Université de Damas a alloué une salle pour l’Internet dans laquelle les Professeurs et les Etudiants peuvent accéder gratuitement à l’Internet. et bientôt d’autres universités et facultés à travers le pays suivront.

Le projet actuel, qui est conduit conjointement avec l’UNESCO, nécessite de dresser une infrastructure central de réseau au sein des universités syriennes qui se conforment aux standards modernes. Le projet vise à connecter les universités et les centres de recherche dans un réseau conjoint dédié à la recherche et l’enseignement supérieur. Ce projet pilote a un éventail large d’applications qui vise à permettre à l’enseignement et à la recherche de bénéficier de services de réseaux d’information eet de l’Internet en particulier, tel que la video-conférence dans l’éducation.

Le phase de planning et de spécification du projet est terminée et l’adjudication a été annoncée; l’entreprise sélectionnée effectuera l’installation de l’infrastructure physique du réseau et la mise en place des ordinateurs avant le mois de mars 2001.

La conception nécessite un réseau de fibres optiques entre les bâtiments de chaque université. Les sous-réseaux des universités sont connectés via un switch pour former un sous-ensemble du réseau académique en connectant quatre universités syriennes, dans quatre provinces, au Ministère de l’Enseignement Supérieur et l’Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie. La conception alloue, au moins 200 sorties de connection dans chaque université, à l’exception de l’Université de Damas, à laquelles 400 sorties sont allouées, tandis qu’il y aura 150 sorties au Ministère pour commencer.
Le nombre de sorties peut être accru plus tard en fonction des besoins futurs réels.

Le réseau sera relié à l’Internet par le bias d’une passerelle située au Centre de fonctionnement du réseau à Damas. La vitesse de transmission sur l’Internet sera de 2Mbits/se.

L’Intranet de l’Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie

L’ISSAT (HIAST en anglais) dispose d’un Intranet à haute vitesse qui transporte le traffic à 155Mbits/sec. L’ossature support une centaine de sorites. Le réseau fournit les services suivants à tous les utilisateurs: courrier électronique interne, Site Web interne contenant actuellement la page Web de l’Institut qui diffuse activités et information, serveur interne FTP qui fournit aux étudiants et professeurs l’accès au dernier logiciel acquis, fournissant ainsi l’accès à l’Internet pour de nombreux utilisateurs.

La bibliothèque de l’ISSAT dispose d’un serveur dédié à l’hébergement d’une base de données des collections de livres et de périodiques, un serveur pour CD avec interface Web et une salle d’ordinateurs avec 10 ordinateurs.
L’ISSAT entend diffuser le descriptif et le matériaux de cours à travers le réseau, en plus de la formation à distance et les applications de video-conférence.

La Télévision syrienne

La télévision syrienne envisage la mise en place d’un serveur Web connecté à l’Internet, abritant une base de donnée des programmes des chaînes de télévision syriennes. Le projet vise aussi à long-terme à diffuser 24h sur 24h des nouvelles à travers le globe via l’Internet.

Conclusion

Il nous a semblé impératif d’attirer votre attention sur l’importance que l’économie de l’Internet a gagné au cours des deux dernières années. Cette économie n’est pas seulement liée aux infrastructures nécessaires, aux applications et aux activités intermédiaires (tel que la publicité) mais aussi au commerce électronique croissant.

Le monde arabe est invité à s’engager activement dans l’économie de l’Internet, comme producteurs, plutôt que comme simple consommateurs. L’opportunité se présente devant le Monde Arabe  d’ouvrir des portes aux autoroutes de l’information entre les pays arabes et de s’engager dans le commerce électronique.

Nous, en Syrie, avons juste commencé notre entrée dans le monde de l’internet et nous rencontrons encore certains obstacles devant à surmonter. Cependant, nous espérons et nous sommes confiant dans nos capacités et dans nos leaders.  Nous avons parcouru un long chemin dans un période relativement courte et nous progressons fermement étant donné que nous avons recours à l’expérience des autres et bénéficions des enseignements apprises dans les différentes parties du monde. Bien que la Syrie ait fait une entrée tardive dans le monde de l’Internet, elle progresse dans la bonne direction pour rattraper les autres pays. Elle est déterminée à occuper une place appropriée au début du XXIe siècle, l’âge de l’information, dans lequel l’utilisation de l’information est devenue un besoin crucial pourle progrès et le développement dans tous les domaines et sur tous les fronts.

Conférence suivante


Copyright © 2000 [BIBLIB/LES AUTEURS RESPECTIFS] –Toutes reproductions ou adaptations d’un extrait quelconque de ces informations par quelque procédé que ce soit, réservés à leurs auteurs pour tous pays.
Dernière révision : mars 24, 2000.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: